Le moteur
Le moteur se trouve à l'arrière de la voiture est fixé par quatre boulons au carter de la boîte-pont. Ce dernier pose sur des silentblocs. Les cylindres sont opposés deux à deux. Chaque paire est coiffée d'une culasse rapportée en métal léger. Les soupapes en tête sont actionnées par l'arbre à came au moyen de poussoirs et de culbuteurs. Le vilebrequin court, et par conséquent exempt d'oscillations, a ses portées trempées et est supporté par quatre paliers. Il entraîne l'arbre à cames au moyen d'un pignon à denture oblique. Le pistons sont en métal léger. Les bielles tourillonnent sur le vilebrequin, elles sont munies de coussinets de bronze au plomb. Un carburateur inversé équipé d'une pompe de reprise assure la formation du mélange carburant. L'allumage se fait par batterie. Le distributeur possède deux systèmes de réglage automatiques de l'avance à l'allumage le premier est constitué par des masselottes centrifuges, le second par un correcteur d'avance à dépression ; leur action commune garantit un réglage parfait de l'allumage, quel que soit la charge et le régime du moteur. La pompe à huile qui assure le graissage par circulation forcée est entraînée par l'arbre à cames; elle aspire l'huile hors du carter moteur à travers un tamis et l'envoie dans un radiateur. De là, l'huile parvient aux endroits à graisser. Lorsque l'huile est froide et par conséquent moins fluide, une soupape de dérivation la fait circuler sans l'obliger à passer par le radiateur. Le refroidissement à air se fait par turbine. Le ventilateur est situé à l'extrémité de l'axe de la dynamo et est entraîné par le vilebrequin au moyen d'une courroie. La poulie de la dynamo est réglable, pour donner à la courroie la tension nécessaire. Le ventilateur aspire l'air par une ouverture pratiquée dans le carter de la turbine. Cet air est canalisé par des tôles autour des cylindres, qui comportent un grand nombre d'ailettes destinées à améliorer le refroidissement. Le conditionnement de l'air de refroidissement du moteur et le chauffage de la voiture sont réglés par un thermostat.

Boîte-pont
La liaison entre le moteur et la boîte de vitesses est réalisée par un embrayage monodisque travaillant à sec. La boite de vitesses et le différentiel sont groupés dans un carter commun. Il y a quatre vitesses en marche avant et une en marche arrière.

Le châssis
Le châssis de la Volkswagen est en tôle d'acier emboutie. Le tunnel central est soudé électriquement et se termine par une fourche sur laquelle est posé l'ensemble constitué par le moteur et la boîte-pont. A l'intérieur de ce tunnel central sont logés : la bielle de commande des vitesses, la tringlerie des freins, la canalisation amenant l'essence et plusieurs gaines métalliques dans lesquelles passent les câbles des freins, de débrayage et des gaz. Le train-avant est boulonné à la tête du châssis. Il est constitué par deux tubes parallèles rigidement assemblés par des traverses ; dans ces tubes passent les barres de torsion et les leviers de suspension des roues. Celles-ci sont indépendantes. Les leviers de suspension forment des parallélogrammes qui donnent une excellente géométrie de la direction et de la suspension, quelles que soient les conditions de roulage. Des bras, au bout desquels sont fixées des butées de caoutchouc, arrêtent les trop grands débattement. Le train-arrière est du type oscillant. Les roues en sont indépendantes. Leur suspension est réalisée par des barres de torsion rondes et réglables. Des amortisseurs hydrauliques télescopiques à double effet empêchent les ressauts de la voiture.

Les freins
Les conduites intérieures sont toutes équipées de freins hydrauliques. Le frein à mains est à commande mécanique et agit sur les roues arrières.

La carrosserie
La carrosserie en tôle d'acier emboutie est soudée électroniquement. Elle est boulonnée au châssis. Les glaces des portières peuvent être baissées et des déflecteurs permettent une aération parfaite, sans courants d'air. Un câble permet au conducteur de verrouiller le capot avant sans quitter son siège.

Le chauffage
L'air échauffé au contact des cylindres et dans deux boîtes de réchauffage se répand dans la voiture par deux bouches s'ouvrant près des sièges avant et par les deux dégivreurs du pare-brise.

Tiré d'un manuel de bord d'Ovale (1953-1957).