Resto sur une 74 !

 

Voici la voiture d'Axel ! Cela fait déjà quelques années qu'il roule avec, et qu'il projette de la restaurer. C'est partis ! On commence par les rebords de pare-brise juste sous le joint, bien entammés. Nous fabricons les parties à remplacer nous même, car il est inutile de tout changer.

 

Suite au démontage des ailes, il s'est averré que les joues étaient en bien mauvais état. les vis des ailes ont dut être sciées, irrécupérables. Pas de risques, on les change au complet, ce qui s'avère plus simple et plus rapide à effectuer qu'une réparation sporadique. Les longerons ne parlent même plus d'eux même, ils sont... en miettes !

   

On présente les pièces de remplacement. Certaines sont formées par nos soins avec de la tôle de qualité, d'autres sont des pièces de réparation. Ici, rien n'est encore soudé.

Voilà les premières soudures. Bien sûr, il faudra encore les applanir. Toutes les soudures sont effectuées bord-à-bord, afin qu'une fois lissées, aucun escalier ne soit visible.

   

Le côté droit a besoin d'un bon assainnissement ! Et hop, on l'ouvre sur tout le côté, le longerons ou ce qu'il en reste est arraché afin de reconstruire tout ça.

   

Voilà encore une pièce qui sera refaite sur mesure. Si Ferdinand l'a mise ici, c'est pas pour rien, et au Garage Populaire, on fait de l'origine !

   

L'autre flanc de la voiture n'est pas en meilleur état ! Une vilaine réparration pour commencer, le longeron en mille-feuille... Pas de soucis, on enlève tout ça et on recommence...

 

Les deux côtés souffrent des mêmes maux aux mêmes endroits.

 

A l'identique, on fabrique ce fameux renfort afin de le remettre à sa place.

 

Puis l'ajustage de pièces pour les formes complexes de l'arrière et pointage bord-à-bord de la joue d'aile avant. C'est prêt, il ne restera plus qu'à souder lorsque les longerons seront en place, afin de tout ajuster d'un même temps. C'est un métier !

   

Une fois les longerons ajustés, on passe à la séparration de la coque du châssis, afin de finir les détails, de la préparer et de l'envoyer en peinture.

Pendant que la carrosserie s'occupe de la coque, c'est Axel lui-même qui va brosser et appliquer deux couches d'anti-rouille et deux couches de noir satiné sur le châssis.

   

Sortis du four, on admire deux minutes, mais pressé de se remettre au volant, on va assembler tout ça !

 

Après la mise en place du joint, une douce approche de la coque... La récompense de toutes ces heures de travail approche, mais il en reste encore !

 

Voilà, tout est en place, les écrous sont approchés, tout est parfaitement essemblé.

   

Et voilà, il ne reste qu'a tout remonter ! C'est encore beaucoup d'heures de travail, n'allez pas croire que ça se fait tout seul, mais ça en vaut la peine !

Retour