Frontal, ça fait mal...

Ce superbe Combi Split de 67 appartient à Gilles. Enfin, superbe, a voir les première photo, c'est pas top ! Gilles était fatigué ce jour ou il rentrait de Château d'Oex, et un petit accrochage... Mais c'est pas grave, Au Garage Populaire, on refait tout ce qui est possible ! Et là, sa face avant, on va la sauver !

Approche du problème :

Effectivement, le pauvre à quand-même des dégâts conséquents. Non seulement la face avant est bien froissée, mais en plus le montant de porte est légèrement plié et le plancher a fait une jolie vague.

 

 

Alors on prends le taureau par les cornes, et on y va, étape par étape. D'abord le redressement succint de l'ensemble, pour lequel il a fallut dépointer la face avant... D'un oeil novice, ça améliore pas la vision des choses ! Mais il n'y a pas de magie, que du métier !

 

Une fois les bases remises en place tel un chyropathe, on repositione l'ensemble. On rapproche et rassemble gentiment les tôles, lèvres contre lèvres, afin de lui redonner ses formes d'origine. Mais c'est loin d'être fini !

   

Fin de cette première étape, nous sommes en période fraîche et humide, on protège la matière à après chaque étape afin d'éviter tout début d'oxydation.

Les finesses et réparations...

Maintenant, il s'agit de redonner une forme à cette face, ou plutôt de lui faire retrouver ses lignes d'origines parfaites et c'est un sacré job !

 

Fixation provisoire des lévres de tôles, afin de pouvoir travailler sur des bases stables et alignées, ensuite, marteau, tas, et patience...

   

Bien sûr, il faudra travailler à l'intérieur comme à l'extérieur, et ça n'est pas fait en trois photos... Il faudra pas moins de 60 heures de marteau pour refaire cette face sans ajouter ou changer un seul morceau de matière...

   

On profitera de changer le passage de roue complet, ça n'est pas l'opération la plus compliqué, mais il est plus intelligent de le faire maintenant, pendqant qu'on y est ... Un pièce neuve vient la remplacer.

   

Comme d'habitude, il faut pas faire dans le mince et l'économie (de quoi parfois ??). Tout ce qui est malade doit être enlevé, sous peine de recommencer un travail similaire dans 2 ans. Je ne crois pas que ce soit vraiment envisageable. On voit bien ici que la partie arrière est bien touchée elle aussi.

   

Présentation et ajustage à vide de cette belle pièce toute neuve, avant d'entamer les soudures diverses et définitives !

 

Ça y est ! On fait chauffer le poste à souder et on y va gaiement. Bien sûr, tous les points effectués sont les mêmes que ceux d'origine, aux mêmes emplacements et de la même manière...

 

On continue avec la partie inféreure, traitement identique. Ça n'est pas parcequ'on regarde moins dessous qu'on doit faire n'importe quoi ! Enfin, voilà, le tour des pointages est fait.

   

Ajustage, pointage, meulage... c'est presque prêt !

   

L'ajustage du globe de phare. Pas un maince affaire de le remettre en place correctement, mais on va prendre le temps.

   

La portière comportait aussi quelques défauts... C'est clair, Gilles a fait les choses correctement !! Mais on va y remédier !

 

Vas falloir s'attaquer au pare-choc qui à peu fait son office... A l'époque, ils n'avaient pas la même utilité, face aux voitures modernes qui absorbent les chocs sur toute la coque... Ici, il n'a presque rien !! Ce pourquoi on va le récupérer !

 

On commence par tronçonner le renfort central qui sera ultérieurement resoudé à sa place. On va pouvoir ainsi redresser proprement depuis l'arrière. Bien sûr, c'est la version simple...

 

Car au GP, on fait les choses comme il faut. Le pare-choc va être maintenu dans la courbe d'origine à l'aide d'une barre hydraulique, et redressé finement au marteau... Nous sommes presque au bout !

 

Peinture et remontage :

Voilà, le tout repasse en carrosserie, et Gilles se retrouve non seulement avec un avant tout neuf, mais en plus le même, puisque rien (ou presque) n'a été changé. Il reste le bac inférieur à redresser, brosser et traîter, mais c'est du détails par rapport au reste, bien que ça n'empêche pas de le faire correctement !
Voilà, pour l'annecdote bis, Gilles s'est fait rectifié cette réparation en sortant du garage par une jeune conductrice... Moins grave, mais ça fait quand même mal... Ajourd'hui, il roule comme jamais, vous allez certainement bientôt le croiser...

   

   

Retour