Coccinelle 1'300 de 1972, restauration d'une histoire !

On va résumer très brièvement :
Yan la trentaine. Cette voiture, c'était celle de son grand-père. Donc, c'est dans celle-ci que Yan a eu ses premières fuites de couche culotte, alors bien sûr, lorsqu'on est un peu nostalgique et passionné, ça pousse a faire des choses un peu folles. Cette voiture, peu de gens l'auraient gardée, dépités face à l'ampleur du travail, mais Yan lui n'a pas rennoncé, alors on la fait ! Une resto intégrale !

Le châssis :

La voiture a été entièrement démontée par Yan, il a lui même donné le châssis à sabler et zinguer à froid. c'est alors que le Garage Populaire commence !

   

Ici, pose des plancher. Tout est fait selon les règles de l'art, c'est-à-dire que tout est remonté comme il l'a été fait pas VW depuis la sa fabrication. Perçage, pointage, soudure au fil ou au chalumeau, tout est fait strictement d'origine !

   

Voilà, tout est ajusté, soudé, meulé, protégé. Une bonne journée de travail pour monter les plancher de la sorte. La base du châssis est prête, on peut attaquer la suite.

   

La tôlerie ...

Si vous n'avez jamais vu la reconstruction preque totale d'une voiture, c'est un chapitre pour vous !

On commence par changer la tôle de fond. Jusque-là, c'est relativement simple et ça permet de rigidifer l'avant de la coque avec une tôle saine afin de continuer...

 

Ensuite, on enlève sauvagement la joue d'aile droite, complètement pourrie, en dentelle.

   

Et on l'a remplace par une belle joue toute neuve !! Ajustage, pointage...

 

Ensuite c'est au tour du bac de roue d'être changé...

   

C'est au tour de la joue d'aile gauche d'être amputée. Le rebord est reconstitué car bien entamé, afin de partir sur une base solide et propre. C'est une resto, non ?

   

Puis on ajuste la joue d'aile à tout ça. Il y a peu de photo qui ne serait pas toute très parlantes, mais ce travail représente beaucoup d'heure ! Ça a l'air simple, on travaille même dehors parfois pour profiter, mais ajuster tous ces éléments est minutieu, c'est un métier !

   

Pour conclure partiellement sur l'avant de la voiture, les ailes et le capot sont remontés pour contrôler que la coque n'ait subbit aucune déformation et que tout s'ajuste. C'est parfait.

   

Finition des joues d'ailes. Le bas reste encore à travailler, il sera achevé lorsque les longerons seront posés.

   

Tiens, justement ! Ajustage des longerons.

 

Certaines pièces sont fabriquées par nos soins, telles qu'à l'origine. Il faut savoir que toute ne sont pas ou plus disponible non plus, ou il faut acheter une pièce dont il faut en jeter les trois quart. En voici quelques exemples.

   

   

Test de montage intermédiaire. Tout est ajusté, tout colle parfaitement, on va pouvoir continuer. Il est parfois nécessaire de monter et démonter plusieurs fois certains ensembles. Les années de métier nous ont appris à gagner du temps pour le faire le moins possible et avoir un résultat optimal !

 

On ne dors pas, et on passse à l'arrière :

Un flanc arrière complet, tout neuf. On commence par dépointer proprement tous les points d'origine.

 

Afin d'enlever le flanc. Les quelques points récalcitrant seront découpés au burin.

 

Non, ça n'est pas une nouvelle mode ou un modèle encore inconnu ! Allé, on protège et on continue. Ajustage...

   

Ajustage, pointage ! Deux mots, mais beaucoup, beaucoup d'heures de travail !

   

Toutes les soudures qui touchent carrosserie bord-à-bord sont faites au chalumeau, les pointages au poste à fil. Un léger coup de meule pour affiner l'excés. On est bon pour le flanc gauche.

   

Côté droite. Dans un premier temps, on va consolider l'arrière avant d'attaquer la joue d'aile. Un morceau est a changer avant d'ajuster la jupe arrière.

   

Voilà, la jupe est pointée, on monte les ailes et le capot pour ajustage final.

   

Mais que va-t-il donc rester d'origine ?? Quand on vous parlait d'un travail de fou !

 

On continue. Une partie de la joue d'aile est changée. Celle-ci est primordiale, puisqu'elle possède un renfort et un support qui fixe la coque au châssis et participe à la rigidité du véhicule.

   

Voilà, c'est propre, on va pouvoir ajuster et fermer le bas.

 

Quelques points de soudure plus tard, c'est terminé, ou presque. Pose de l'étain au chalumeau, léger meulage avant de poser l'aile pour voir si tout s'assemble.

   

Encore quelques détails, et on va enfin arriver au bout... Ici la trappe à essence.

   

D'autes parties sensibles sont finies à l'étain, perçages des supports de phares, le capot avant est formé, et quelques photos en vrac du résultat brut de toute ces heures de travail et de passion !

   

   

   

Les tôles pointées reçoivent comme à l'origine, un joint en mastic afin de les protéger d'une éventuelle infiltration d'eau. Tout cela avant la peinture...

 

Peinture et remontage :

On en arrive aux dernières préparations, étape cruciale dans une restauration car plus que tout autre travaux, c'est celle-ci est dominate sur le résultat du travail. C'est à ce stade que l'on prévient un futur clocage de la peinture par exemple, et la longévité de cette restauration.

   

Nous voilà en cabine... La première couche d'aprêt est appliquée. Ensuite viendra le tour de la teinte finale, qui malgrés les apparences est bien la couleur d'origine de la voiture.

 

Une belle robe d'origine...

   

Voilà, fini le giclage. Une bonne répartition de traîtement anti-rouille dans les endroits sensibles, endroits choisis par l'expérience du Garage Populaire. A force de réparrer de la tôle morte, on sait ou elle pourrit !

   

   

Pendant ce temps, on attaque les finitions sur le châssis, pose des plaques anti-bruits thermoformées, et on prépare le joint pour le montage de la coque...

 

Les finitions tête et queue de châssis, durites en tout genre neuves, peinture...

 

On peut enfin remettre la coque sur son châssis, moment... sympathique ! Encore une étape de franchie, on s'approche de la route !

 

Et hop ! On peut approcher les vis toutes neuves !

 

Ajustage des accessoires qui eux aussi sont passés au four à peinture. Il faut apporter un soin particulier à cet assemblage... Bien sûr, c'est le remontage, on est impatient de la voir rouler, mais c'est une longue étape...

   

Le ciel de toit d'origine est reposé, les sièges sont nettoyés, Yan tenait à garder un maximum d'origine, et c'est ce qu'il a fait ! La suite du montage se passe gentillement de commentaire, ou presque...

   

   

 

Le petit 1'300 d'origine est remonté à sa place et ronronne toujours aussi bien !

   

   

 

Une superbe restauration, maintenant vous croiserez Yan dans les meetings, et ce qu'on espère tous, c'est que nos enfants croisent encore sa fille avec cette magnifique Coccinelle dans 30 ans...

Retour